Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2015

Bellini & le démon de Tony Bellotto

    Que peut on chercher de neuf lorsqu'on décide de lire un polar? Les lecteurs assidus du genre sont familiers de cette question. Depuis qu'un jour Ellroy s'est décidé à écrire des romans, le polar, en tant que roman d'enquête, en tant que genre moral de ce siècle, est un mode fictionnel quasi immobile. Toutes les intrigues ont déjà été écrites. Quelques faits divers ne chamboulerons pas la donne. Ce qui compte aujourd'hui, c'est le style, la capacité qu'aura un auteur à créer un univers singulier & personnel. Et encore, il faudra à son auteur toute la sagacité d'un gamer de FUT 16 à la recherche frénétique de ses fifa 16 crédits  pour assurer une profondeur à son oeuvre...

 En ce sens, Bellini & le démon de Tony Bellotto, est un bon polar. Sa double intrigue (pour une fois il s'agit de deux intrigues bien distinctes & qui ne se rejoignent jamais) est plutôt sobre, classique bien que la première soit assez marrante. Bellini, inspecteur archétypal (solitaire, porté sur la boisson, désabusé & qui réussi malgré tout à se faire un nénette dans l'histoire) est engagé par un éditeur américain pour retrouver un manuscrit inédit de Dashiell Hammett. Pourquoi pas ? La seconde intrigue, plus classique, concerne une jeune fille retrouvée dans les toilettes de son lycée avec une balle dans la tête sur laquelle notre inspecteur pauliste (l'histoire se passe à Sao Paulo) va enquêter avec l'aide d'une beauté brésilienne (la fameuse relation du héros rencontrée au bord d'une piscine) journaliste de son état. La danse est rondement menée, sans embûches ni surprises. Rien de très nouveau donc.

    Là où le bouquin devient intéressant c'est que Bellotto non seulement écrit plutôt bien & dans le milieu du roman policier c'est assez rare pour être souligné, mais en plus il décrit un monde coloré, exotique (le polar brésilien est un objet assez rare) le tout avec beaucoup d'humour & d'ironie. Au final, sans être une pierre fondamentale comme l'ont été les hard-boiled ricains des années 50 puis les sublîmes horreurs d'Ellroy , le roman de Bellotto n'en est pas moins un bon moment de lecture noire emprunt d'un univers personnel & agréable. Il se situe dans ce genre de livres, qui va du fantastique La mort & la belle vie de Richard Hugo au mythique & indispensable Dernier baiser de Crumley. Du style & de l'originalité!

 

 

 

BELLINI & LE DEMON de Tony BELLOTTO (Actes Sud).

 

17:39 Publié dans Livre | Lien permanent